Le carnet de Bérénice - Automne Hiver 2017

Intemporelles, les pièces emblématiques du design sont reconnaissables entre toutes.
A la croisée de l’art et de la technique, les nouvelles icônes du design nous proposent des créations où le travail des formes, l’esthétisme et la fonctionnalité non rien à envier à leurs ainées.

Christophe Delcourt privilégie la matière brute du bois avec la bibliothèque « Legend ». Noé Duchanfour –Lawrance, s’inspire d’un profil de coque de bateau pour sa table « Interstice ». Sacha Lakic nous transporte dans le moelleux nuage de son fauteuil « Bubble », tandis que Ronan et Erwan Bouraillec nous offrent les courbes généreuses du canapé « Ploum ». Christophe Pillet trouve « ce qu’il y a d’émouvant dans l’ordinaire » : cuir, bois et acier composent le bureau « Novelist » et la chaise « Stone » d’Eugen Quitllet fait rimer fonctionnalité et élégance. Ionna Vautrin joue la bonne humeur et la couleur avec la lampe « Binic » et Constance Guinet le mouvement et la poésie avec la suspension « Vertigo ».

"J'aime me laisser embarquer dans des aventures et être proche de mes clients. L'idéal c'est de faire en sorte que le design et la décoration adoucissent leur vie » dit Tristan Auer. L’Hôtel Les Bains reflète brillamment sa vison. Laissez la curiosité vous piquer, allez découvrir leurs univers…

Bérénice d’Avernel

Les tentations de Bérénice

Le carnet de Bérénice - Printemps Eté 2017

Depuis des siècles nos meubles se font malins et ingénieux.

Au moyen âge, nos « rois nomades » mettaient leur palais en mouvement, équipés de coffres qui se transformaient en fauteuil ou en table. Madame de Pompadour et le Duc de Choiseul rêvaient de mobiliers précieux et modulables. Jean François Oeben les a réalisés : Grâce à son talent d’ébéniste et à la mécanique, sa fameuse « table Bourgogne » se muait en bibliothèque, secrétaire, prie-Dieu et table à volonté.

En 1835, Robert Jupe dépose un brevet reprit par le célèbre londonien David Fletcher qui améliore cette création en nous permettant de diner à 4 ou à ... 18 sur cette table qui reste ronde. Le meuble se convertit et s’adapte. Albert Ducrot transforme notre canapé en couchage et fait des « Merveilles » vendues à plus d’un demi-million d’exemplaires

Pendant ce temps la Frankfurter Küche voyait le jour sous la houlette de Margarete Schütte-Lihotzky. Concept révolutionnaire qui propose enfin une cuisine intelligente : plan de travail avec tiroir à déchets intégré, bocaux pour les ingrédients, table escamotable...

Aujourd’hui Callisto nous propose une table basse connectée, tandis qu’Havas fini l’étude de « Marty », un canapé qui nous réserve bien des surprises. Des trésors d’ingéniosité qui jalonnent notre vie pour nous offrir un environnement pratique, évolutif, transformable à souhait.

Bérénice d’Avernel

Les tentations de Bérénice
Izaly

Le carnet de Bérénice - Automne Hiver 2016

Il nous fait rêver, nous interroge ou nous inspire en s’érigeant en un axe de circulation vertical dans l’espace.

L’escalier a son propre balancement, son échappée et sa volée. Il se construit, s’invente et se réinvente au fil du temps. Il devient l’escalier « infini » avec le sculpteur David McCracken en nous conduisant tout droit vers le ciel, ou se poursuit sans interruption, en débouchant sur lui-même avec la sculpture d’acier d’Olafur Eliasson. Il réconcilie les hommes et les dieux. En Inde, les 3500 marches du Chand Baori permettent de puiser l’eau sacrée et les degrés du temple de Kukulcan au Mexique font apparaitre l’ombre « du serpent » à l’équinoxe de printemps.

Il est esquissé à quatre volées par Léonard de Vinci avant de devenir l’escalier « magique » de Chambord, où chacun joue au jeu de cache-cache d’une hélice à l’autre. Il est parfois paré de mystère comme à Santa Fé dans la chapelle de Lorette où son colimaçon sans support défie les lois de l’équilibre. Il est source de décor et d’imagination. C’est l’escalier à double orientation de la librairie Lello à Porto qui accompagne les pas d’Harry à Poudlard . Il crée le cœur de l’édifice, comme chez Giorgio Armani, sur la 5ème Avenue : Massimiliano et Doriana Fuksas l’ont imaginé en spirale tandis qu’ au Palais Itamaraty au Brésil, Oscar Niemeyer nous propose un escalier monumental semblant flotter dans le hall.

Quoiqu’il en soit, même sous la « formule de Blondel », il ne se laisse jamais enfermer, si ce n’est dans sa propre cage. Eternellement, l’escalier sera celui qui nous élève et nous mène toujours plus haut.

Bérénice d’Avernel

Escaliers Hibert
Les tentations de Bérénice
Les tentations de Bérénice

Le carnet de Bérénice - Printemps Eté 2016

L’art de l’illusion

La peinture décorative transforme les lieux : fausse moulure, fausse pierre, enduit, stucco, marmorino…

Elle est bien plus que de la peinture intérieure. Elle crée l’ambiance, donne à votre salon l’aspect brut du béton et du métal pour un esprit Design « Factory », habille votre chambre d’une patine renaissance ou transforme votre salle de bains en hammam marocain.

Un travail d’artiste ancestral qui n’a jamais été plus actuel qu’aujourd’hui. De la maison des Vettii à Pompéi, ornée de ses faux marbres et de ses sculptures imaginaires, aux vertigineuses anamorphoses d’Edgar Mueller en Irlande ou à Moscou, ces réalisations nous trompent l’œil.

L’ armoire surréaliste de Marcel Jean ou le Mur des Canuts à Lyon, c’est la précision du dessin , la ruse de la couleur, la maitrise de la perspective qui nous conduisent vers une « réalité fictive » ayant pour seule finalité l’ornement et la mise en valeur de nos murs, nos huisseries, nos meubles…et même nos extérieurs.

A nous de choisir, cheminée, bibliothèque, une porte entrouverte, une boiserie... Le faux et l’usage du faux à la portée de chacun où tout l’art du faussaire peut s’exprimer

Bérénice d’Avernel

Les tentations de Bérénice
Atelier Derouanné

Le carnet de Bérénice - Automne Hiver 2015

Il est à la croisée des chemins du passé et du futur, de la tradition et de la création, de l’utile et de l’esthétique. Dans son atelier, varlope, gouge, transquin, étampe ou martelline prolonge sa main pour tirer toute la quintessence du matériau qu’il travaille. De ces gestes mille fois répétés, il préserve notre histoire, restaure et fait revivre des pièces rares.

La maitrise de son métier et l’audace le pousse à innover. Il façonne les objets de notre quotidien et au gré d’une esquisse ou d’une rencontre, réinvente notre art de vivre. Son rapport sensible et intime à la matière éveille son imagination et sa créativité, pour réaliser des ouvrages uniques, fonctionnels ou purement décoratifs qui ont une âme.

Il est Artisan d’Art.

Liliane Bettencourt, avec le prix pour «l’intelligence de la main», rend un très bel hommage à ces hommes et femmes, gens de mains et de passion : «[…]au-delà des beaux projets, je vois l’effort, l’habileté, le talent… Je mesure la merveilleuse et rare conjonction de l’inspiration de l’artiste et du savoir-faire de l’artisan. L’artisan est adossé à un savoir-faire ancestral. L’artiste s’inspire des courants esthétiques de son époque en cherchant à les dépasser. Réunir les deux est précieux et émouvant.»

Bérénice d’Avernel

Les tentations de Bérénice
Les artisans d'art de Touraine

Le carnet de Bérénice - Printemps Eté 2015

Tout réside dans l’art du détail, la touche subtile qui change les lieux. Ces petites ou grandes choses qui font la différence.

On les appelle coup de cœur, envie ou découverte. Ils sont le fruit d’un savant mélange de savoir faire et d’inspiration, mêlent l’industrie et la culture, la création et la production. Ils illustrent à eux seuls les techniques les plus diverses et deviennent les témoins privilégiés de nos goûts et de nos besoins.

Art décoratif ou appliqué, artisan judicieux, fabricant innovant, ils nous font sortir de l’ornière de la banalité. On les déniche bien fortuitement, au détour d’une boutique, d’un atelier ou d’une expo. Ils ont d’illustres représentants, l’inventif Eugène Gaillard et son guéridon gigogne, la manufacture de Villeroy et la finesse de la Figure de Magot ou Philippe Starck et son élément de bureau totalement fantaisiste le W.W. Stool.

Trouvailles utiles et pratiques, purement artistiques, décoratives ou amusantes et ingénieuses, elles transforment notre quotidien et constituent notre art de vivre. A l’instar d’Oscar Wilde, « Je peux résister à tout, sauf à la tentation » , je vous invite découvrir les miennes…

Bérénice d’Avernel

BTPME
LG Design
Les tentations de Bérénice

Le carnet de Bérénice - Automne Hiver 2014

Il est un lieu où l’on cultive le plaisir, les moments partagés et les confidences, où règne une atmosphère toute singulière qui sollicite tous nos sens et un petit brin de folie.

Un lieu où les zestes de souvenirs s’enrobent de l’odeur persistante et ensuelle de « la Madeleine » de Proust, où flotte l’ambiance de Giverny, laissant décanter les idées, mûrir et lier les amitiés où l’on goute en esthète l’art de recevoir.

Un lieu qui crépite sous la flambée, rissole sous les rires et mijote de bonheur, où les essences et les arômes d’ici ou d’ailleurs exultent et nous invitent à revenir déguster ces délices.

Un lieu emprunt de coulis pastel et de badigeon mordoré qui excitent nos pupilles, où l’on pétrit, malaxe, assouplit avec amour, où nos papilles frémissent, avant de saupoudrer, rectifier, et se laissent envouter par des saveurs lointaines.

Un lieu qui se conjugue pour Il ou Elle, façonné et ciselé à notre image, relevé et épicé de touches subtiles où l’on pénètre et s’abandonne avec délectation autour des braises.

« Cuisiner. C’est l’art le plus beau et le plus complet. Il engage nos cinq sens plus un – Le besoin de donner le meilleur de nous-mêmes. « (P. Coelho).

Et votre cuisine…. ?
Bérénice d’Avernel

MARCHI Group
Clin d'oeil aux artisans d'art

Le carnet de Bérénice - Printemps Eté 2014

La Primavera
Nos journées s’allongent crescendo et la douceur frappe à notre porte…

Tandis que l’on déroule l’ingénieuse et bigarrée Voile du Colisée pour protéger la plèbe des rayons du soleil et des ondées printanières, les stores en roseaux de Hiérapolis sont humidifiés pour apporter une fraîcheur bienvenue près de la piscine de Cléopâtre.

Il y a eu 400 ans l’année dernière, pour les désirs d’un roi, Le Nôtre poussait les murs et réveillait la vie au jardin : fontaine, banc, balancelle, table, chaise, illumination et voile d’ombrage… tout fût dédié aux « Plaisirs de l’Ile Enchantée » et aux collations organisées à l’abri des bosquets.

Nous ne cessons depuis lors, de réinventer notre vie extra muros : de la Stahl House de Pierre Koenig, ses points de vue et terrasses en « suspension », à la piscine de la Maison Dali à Port Lligat et son salon d’été réservé aux invités. Des lignes discrètes et épurées du mobilier d’Antonio Citterio , de l’élégance « filaire » de Christophe Pillet, à l’atmosphère vintage toute en couleur et en volume « Locus Solus » de Gae Aulenti, immortalisée par Jacques Deray dans le film « La Piscine »…

Pause dans le temps, cap sur la terrasse et le jardin. On jouit des plaisirs de la saison : la lumière, l’ombre, l’eau, des moments partagés. Comme un parfum du Déjeuner des Canotiers , du Bain à La Grenouillère, tel que Renoir et Monet nous les auraient brossés…

Bérénice d’Avernel

Piscine garden
Gab'Stores Fermetures
Ma maison au jardin

Le carnet de Bérénice - Automne Hiver 2013

L’Automne, écrivait George Sand, est un andante mélancolique et gracieux qui prépare admirablement le solennel adagio de l’hiver…
Les champignons pointent le bout de leur chapeau et la forêt se pare de ses plus belles couleurs aux nuances dorées, rouges vifs et oranges flambées. Quant au jardin, il se met à l’heure de la citrouille, tandis que le coup d’envoi des vendanges est donné un peu plus loin.

Et notre intérieur… notre intérieur, lui, se prépare doucement à nous accueillir chaleureusement. Au salon, l’âtre de pierre trépigne d’impatience à l’idée d’être à nouveau sollicité, le souvenir d’une flamme dansante en son sein et le crépitement du bois devenant cendre manquait. Il sait que la famille et leurs invités défileront devant lui, cherchant un peu de chaleur d’abord, beaucoup de réconfort surtout.

La littérature, au cours des âges, regorge de ces moments de sociabilité autour du feu. Lectures de contes, travaux d’aiguilles et de bricolage agrémentés de poêlées de châtaignes, confortablement installé « au coin du feu » pour savourer l’ambiance quelque peu emprunte de mystère. Et c’est alors que l’on se laisse porter par la magie de cet instant. Enveloppé dans ces murs aux teintes et matières soudainement vivantes, la danse des flammes se reflétant harmonieusement aux quatre coins de la pièce, le rythme nous entête et le décor prend vie.

Le tapis danse lui aussi sous nos pieds, entraînant dans sa course notre fauteuil si moelleux trônant fièrement au cœur de la scène. Le mobilier s’anime, pour accompagner ce concerto de vie et de chaleur, nous faisant oublier, l’espace d’une danse, que l’automne est bien là, déroulant son tapis de feuilles à l’hiver, qui ne doit plus être très loin.

Les flammes s’amenuisent alors, le bois n’est plus que cendre et l’âtre s’épuise petit à petit pour rendre sa nature à la maisonnée, les murs redeviennent murs et le mobilier redevient immobile. Nous, nous retournons vaquer à notre vie, qui reprend son cours dans la tiédeur de l’automne.

Bérénice d’Avernel

Jean Duhard
Story
M Comme Matière

Le carnet de Bérénice - Printemps Eté 2013

Notre esprit vagabond nous transporte vers la « ville ocre » et le charme discret des 8 siècles d’histoire de ses Riyad. La porte poussée, entre intérieur et extérieur, des kyrielles de couleurs et de textures chatoyantes et sensuelles célèbrent la beauté du monde où la lumière sculpte les formes. Les allées plantées de grenadiers et de bougainvilliers, organisés dans un parcours subtil, nous entrainent vers la source de vie d’une fontaine en zellige.

Le printemps rappelle à nos souvenirs des effluves d’agrumes.

Les embruns méditerranéens nous amènent les premiers beaux jours comme sur une esquisse de Frank Gehry. Nous nous découvrons impatients de ses futures « voiles de verre » ouvertes sur le Jardin d’Acclimatation et sur le talent des paysagistes du XIXème, Jean-Pierre Barillet-Deschamps pour n’en citer qu’un, originaire de Saint Antoine du Rocher.

Nous nous prenons à rêver de parfums insolites et d’essences rares, de flâneries dans une orangerie du XVII ème, de la douce chaleur des serres royales de Laeken, du crescendo des premières mesures des 4 saisons de Vivaldi qui résonne.

« Je voudrais du soleil vert, des dentelles et des théières, des photos de bords de mer, dans mon jardin d’hiver…. », on se surprend à fredonner le doux refrain d’Henri Salvador. Entre Indoor et outdoor, entre terrasse et jardin, nos pas nomades nous attirent irrésistiblement sous la marquise, cette vieille dame, et nous guident vers ces oasis enivrantes t et les clapotis câlins du bassin de Cérès, déesse des moisons et symbole de l’été.

Plénitude, harmonie, sérénité ou mélange délicat de l’art de vivre…et bien !

Bérénice d’Avernel

Seigneurin-Huet
Atelier Verone
Les mains de jardin

Le carnet de Bérénice - Automne Hiver 2012

Au fil des siècles, nos intérieurs et extérieurs de vie se sont façonnés grâce à une judicieuse communion : savoir-faire, ingéniosité et imagination.

L’amitié de Périclès et Phildéas donna naissance au Parthénon, les artisans perpétuant le travail de Gaudi à la Sagrada Familia, l’escalier des eaux des jardins de l’Alhambra ou la symétrie des jardins à la française de Le Nôtre, de l’incroyable «trône Dagobert» au non moins incroyable fauteuil Egg d’Arne Jacobsen, les stucs et fresques à la chaux de la Maison Sallustre, les réverbères de Raymond Subes ou la «chaise standard» de Jean Prouvé, les commodes Boulle de la chambre de Louis XIV ou la console «psychose» d’Hervé Van Der Straeten….

Un lieu, un désir, un talent… L’harmonieuse rencontre permettant de passer de la décoration à l’Art Décoratif. Artisans, décorateurs, designers, architectes, en conservant la maitrise du geste et en innovant, créent «le décor» à vivre ou travailler, utile ou ornemental, et insufflent les tendances et les modes de notre art de vivre.

Ainsi va la création qui prend forme et couleur, interpelle, rompt la monotonie, anéantit la banalité et permet à chacun d’affirmer sa personnalité. Aujourd’hui autant qu’hier, l’Art Décoratif s’invite dans votre univers…

Bérénice d’Avernel

Atelier d'Offard
Menuiserie Courtois
Ferronnerie Boquet
Carnets d'adresse

Les Carnets de Bérénice

A chaque nouvelle édition, Bérénice vous fait partager sa sélection de coups de cœur et ses tentations. Découvrez les réalisations de nos créateurs et artisans d'art. En savoir plus...

ADB37 - Les carnets de Bérénice

Les Dossiers

ADB37 met à votre disposition des dossiers pratiques sur les techniques, les innovations en matière d’habitat. Retrouvez tous nos conseils et astuces pour réaliser et réussir vos projets. En savoir plus...

Les dossiers thématiques

ADB37

Rubriques